Branche familiale béarnaise : les ancêtres de Julie PERRIAT

Rédigé par Laurent LARRETGÈRE

Corrections et mises à jour en juin 2020

Cette branche familiale m'a posé des difficultés et continue de m'en poser. Outre qu'elle a, en grande partie, disparu dans les oubliettes de la mémoire familiale, les sources sont quasiment inexistantes : pas de photographies (enfin, une seule...), pas de papiers, pas de lettres... Il faut donc recourir aux Archives départementales et/ou municipales.

 

Ma mère s'appelle Lucienne MURAT et sa mère s'appelait Yvonne GOURDON. Elle était la quatrième fille d'un couple marié à Bordeaux mais issu d'autres départements.

D'un côté, Marcel GOURDON, "descendu" de Charente-Maritime et de l'autre, Julie PERRIAT, "montée" des Basses-Pyrénées (on dit aujourd'hui les Pyrénées-Atlantiques).

Julie PERRIAT était surnommée la "petite grand-mère", pour la différencier de la "grande grand-mère", côté paternel. Petite donc, tordue ou bossue, pas réellement aimable avec ses petits enfants, mais pas méchante non plus, juste indifférente. Il faut dire qu'elle n'avait pas été gâtée par la vie.

Julie PERRIAT est née à Orthez, dans les Pyrénées-Atlantiques. La plupart de ses ascendants sont issus de ce que l'on appelle le Béarn et plus précisément dans sa partie Nord.

 

Regardons quelques cartes...

Les Pyrénées-Atlantiques : Pays Basque et Béarn

Le Pays Basque français (en rouge, à l'ouest) et le Béarn (en jaune, à l'est) sont les deux composantes du département des Pyrénées-Atlantiques, anciennement appelé les Basses-Pyrénées. La partie basque est subdivisée en trois territoires, la Soule, le Labourd et la Basse Navarre. Mais nous allons surtout nous intéresser au Béarn puisque c'est de cette "région" historique que provient une partie de mes ascendants maternels.

C'est essentiellement dans la région comprise entre Salies-de-Béarn et Orthez que la plupart des ascendants de Julie PERRIAT naissent, vivent et meurent. Ils sont forgerons, tanneurs, cantonnier, mais surtout, quand on arrive aux XVIIIe siècle, ouvriers agricoles, cultivateurs, laboureurs...

Onomastique

Le patronyme de PERRIAT se rencontre surtout dans les Pyrénées-Atlantiques et également  dans les Landes et en Gironde. On le retrouve également un peu dans un ligne qui va du Cher à la Drôme. Il est très peu porté : 32 nouveaux nés ont ce patronyme entre 1991 et 2000. Ils étaient 20 un siècle plus tôt (entre 1891 et 1900) selon l'INSEE. Cependant, on peut le lire dans les pages consacrés aux ancêtres de Julie PERRIAT, mon arrière grand-mère, le patronyme de son père était PERRIAT dit FLOURET et pour la génération précédente, c'était juste FLOURET. Je ne sais pas comment le nom de famille a pu évoluer ainsi mais c'est un fait relevé dans les actes d'état civil...

Si PERRIAT est un dérivé du prénom Pierre, ou de la pierre (que l'on trouve dans une carrière), le patronyme FLOURET, surtout présent dans le Sud de la France, serait un diminutif du nom FLOUR ; Saint-Flour ou Saint-Flor serait le premier évêque de Lodève au IVe siècle. On trouve dans le Cantal une commune appelé Saint-Flour. L'étymologie, c'est bien sûr le latin florus, la fleur. On peut lire également (sur le site Filae dont je ne suis pas membre ni très amateur mais il faut toujours citer ses sources avec honnêteté) que le terme de fleur aurait le sens de "filoselle, bourre de soie, surnom du fabricant de ce fil grossier, utilise en bonneterie".