Martin LARRETGÈRE et Jeanne PINSOLLE, fin XVIIe et début XVIIIe siècles.                          SOSA 288 et 289

Le plus lointain ancêtre dont j’ai connaissance et qui porte mon patronyme (ou presque) est Martin LARRETIÈRE, époux de Jeanne PINSOLLE. Il est le père de Martin LARRETIÈRE, né et baptisé en 1709. Ils vivaient à Soustons au début du XVIIIe siècle. On aurait pu sans doute remonter plus loin dans le temps mais les registres paroissiaux de Soustons (qui contiennent les actes de baptêmes, de mariages et de sépultures) ne sont disponibles qu’à partir de 1706, les registres précédant ayant été perdus.

Acte de baptême de Martin LARRETIÈRE, fils de Martin LARRETIÈRE, en 1709 à Soustons. Source : extrait du registre paroissial déposé aux Archives départementales des Landes sous la cote E dépôt 310 / ES 1242-1244.

Transcription : (dans la marge, à gauche, "BAPT" signifie qu'il s'agit d'un baptême).

Le vingt cinquième février mil sept cens neuf est né et a esté baptisé par

moy soubssigné de moimiesme pour Martin de Larretière fils légitime de Martin de

Larretière et de Jeanne de Pinsolle conjoints parrin Martin Darrigade et

marraine Jeanne Duhaa en présence de Bertrand de Lacabe et de Jean de Claverie

tesmoins ci appelez qui n'ont signé pour ne scavoir.

 

Bien qu'ayant eu une formation en paléographie, lors de mes études universitaires d'histoire au début des années 1990 et plus récemment pour mon Master des Métiers des Archives et Technologies appliquées en 2016-2017, je ne garantie pas une totale exactitude de ma transcription et je m'en excuse.

Si je ne sais pas quand naissent Martin LARRETIÈRE père et son épouse Jeanne PINSOLLE, je n’ai pas non plus de renseignements sur leur décès et leur âge au moment de la naissance de leur fils Martin. Malgré mes recherches, je n’ai pas trouvé d’acte de sépulture au nom du mari, Martin, et, à l’inverse, un peu trop de décès au nom de Jeanne PINSOLLE. Comme les actes de sépultures ne mentionnent pas les noms des père et mère, départager les homonymes n’est pas aisé. Si dans de nombreux registres paroissiaux des Landes, le nom de la maison ou du hameau est indiqué en marge de l’acte ou dans l’acte, ce n’est pas systématiquement le cas dans les premières années des actes disponibles à Soustons du début du XVIIIe siècle. Il est donc difficile, avec simplement un nom, de savoir si la dénommée Jeanne PINSOLLE dont je lis l’acte de sépulture est bien mon ancêtre. Enfin, les témoins rapportant le décès, qui peuvent fournir un indice, ne sont pas signalés dans les registres de Soustons disponibles du début du XVIIIe siècle (et globalement, pour Soustons, les déclarants sont mentionnés seulement à partir du début du XIXe siècle).

 

Entre 1706 et 1799, j'ai trouvé vingt-sept décès de femme portant le nom de Jeanne PINSOLLE. Sachant qu'elle a un enfant en 1709, j'ai supposé qu'au minimum, elle avait 20 ans en 1709 ce qui lui donné une date de naissance au plus tard en 1689. J'ai donc été très large dans ma recherche car en 1799, elle aurait eu 120 ans ! Sur les vingt-sept Jeanne PINSOLLE ou PINSOLE identifiées, voici mes conclusions :

• j'ai écarté celle d'octobre 1709 qui est morte en couches  ; en effet, Martin est né en février 1709 ; cependant, c'est peut-être un tord car huit mois séparent les deux événements et cela rend possible, bien qu'improbable, une deuxième grossesse immédiatement après la précédente...

•  dix de ces Jeanne PINSOL(L)E sont des enfants ayant entre 10 jours et 9 ans ;

• trois sont des veuves dont le nom du mari est mentionné et n'est pas Martin LARRETIÈRE ;

• enfin, treize sont trop jeunes à l'âge de leur décès pour être mère d'un enfant en 1709.

 

Il ne reste qu'une possibilité : une Jeanne PINSOLLE décédée en 1717 ; cependant, l'acte ne donne aucun détail d'âge, de lieu, de conjoint. J'ai trouvé ces informations sur l'excellent site de Généalogie du Bas Adour ; cependant, certains actes n'ont pas été transcrits en raison de leur illisibilité. Il reste donc possible que l'acte ne nous soit pas encore connu. Mais la Jeanne PINSOLLE qui décède en 1717 est une hypothèse tout à fait crédible. Crédible mais difficilement vérifiable et donc incertaine...

Sachant qu’il n’y a plus de baptêmes de LARRETIÈRE avec, comme parents, Martin LARRETIÈRE et Jeanne PINSOLLE après celui de Martin en 1709, soit les parents, âgés, n’ont plus d’enfant, soit l’un des deux est décédé (et j’écarte peut-être à tort un possible déménagement), ce qui donne du poids à l'hypothèse du décès de Jeanne PINSOLLE en 1717. Enfin, tous les LARRETIÈRE qui apparaissent ensuite dans les actes de Soustons sont les enfants de Martin LARRETIÈRE fils, né en 1709. Sur place, il n’a visiblement ni sœur, ni frère, ni oncle, ni tante... Et dans les environs, dans la région du Bas Adour, dans le Sud-Ouest des Landes, pas d’autres LARRETIÈRE. On trouve un Anthoine LARRETGÈRE à Saint-Geours-de-Maremne à cette époque mais je n’ai pas trouvé de connexion familiale (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas, les deux communes étant proches). Autre aspect, on y reviendra, l’orthographe du nom subit d’importantes modifications dans les actes, ce qui ne rend pas aisé les identifications. Enfin, de nombreux actes ne sont tous simplement pas lisibles.

Donc, à part son nom, le nom de son épouse Jeanne PINSOLLE et le fait qu’il a eu un fils prénommé Martin, je ne sais strictement rien de Martin LARRETIÈRE père…

 

Martin LARRETIÈRE fils a eu 6 enfants et aucun de ses enfants n’a pour parrain ou marraine les grands-parents (Martin LARRETIÈRE et/ou Jeanne PINSOLLE) ou quiconque portant le nom de LARRETIÈRE. Je suppose donc que Martin LARRETIÈRE et Jeanne PINSOLLE ont dû décéder avant 1735, hypothèse la plus probable ; 1735 est la date de la naissance du premier enfant de Martin fils (enfant qui s’appellera lui aussi Martin). Cela donne du crédit à l'hypothèse d'une Jeanne PINSOLLE décédant en 1717. Ajoutons que Martin LARRETIÈRE (le père) n'est parrain d'aucun enfant entre 1709 et 1735 ou témoin lors d'un mariage.